« Travailler autour de la résilience ce n’est pas qu’une nouvelle appellation, c’est une nouvelle manière d’appréhender des problématiques territoriales » 🌱 – Intervention d’Eric Perez

Mr le Président, chers collègues,

Ce rapport permet d’expliciter l’ensemble du travail conduit par Jérémy Camus sur la notion de résilience depuis un an. Mr Geourjon, un peu de hauteur sur des enjeux aussi importants, pas de polémiques stériles.

Ce matin, on nous reprochait trop de rapports pour ce Conseil. En effet, notre société tend à se complexifier, à se mondialiser, à avoir une interdépendance très forte qui nous fait parfois perdre de vue qu’elle se fragilise aussi. Nous savons avec certitude que de nombreux chocs sont à venir dans les prochaines années, nous devons nous y préparer. Les conséquences du dérèglement climatique sont de plus en plus prégnantes chaque année, et la France a plutôt été épargnée en 2021  quand on pense aux terribles chaleurs de cet été au Canada ou aux inondations en Allemagne. Les inégalités sociales augmentent, créant de profonds sentiments d’injustices qui fragilisent notre cohésion sociale.

La crise sanitaire, inattendue mais prévue de longue date par les scientifiques, a montré la faiblesse de notre pays face aux crises de toutes sortes. Nous avons vu les replis sur soi que cela a provoqué. Nous avons vu les longues files d’attente à l’aide alimentaire. Nous avons vu les batailles pour les masques ou vaccins entre pays.

Mais, nous avons aussi vu les solidarités, l’entraide, la débrouille, la coordination de nos collectivités locales. Ce sont autant d’éléments sur lesquels il faut capitaliser

Travailler autour de la résilience ce n’est pas qu’un mot, ou une nouvelle appellation, c’est une nouvelle manière d’appréhender des problématiques territoriales, un changement de paradigme. Il s’agit de renforcer les capacités de résistance, d’agilité, de diversité, de coopération et de sobriété dans l’action de la collectivité. Cela va bien au-delà du développement durable qui constituait, en quelque sorte, une première étape. Aujourd’hui nous voyons bien ses limites et l’absolue nécessité d’une vision systémique qui intègre les notions d’incertitude et de complexité.

Je vous remercie.


Eric PEREZ
Conseiller métropolitain

Laisser un commentaire