« Pour que cette future ZFE soit une réussite pour l’intégralité des habitant·es du territoire » – Intervention de Vincent MONOT – Conseil métropolitain du 25 janvier 2022

M. le président, cher·es collègues,

Vous le savez, notre Métropole vient de connaître un nouvel épisode de pollution aux particules fines, pendant près d’une semaine, dont nous sortons à peine, et déjà qui redémarre avec une nouvelle dégradation en ce début de semaine. En 2019 déjà, notre agglomération enregistrait un bien triste record : celui du territoire français ayant connu le plus de jours de dépassement des seuils de pollution, bien au-delà des recommandations sanitaires de l’OMS, avec pas moins de 45 jours d’alerte. 45 jours de trop ! 

La récurrence de ces épisodes nous rappelle combien la pollution de l’air est une injustice. Une injustice pour les 40.000 français et françaises qui en décèdent prématurément chaque année. Pour toutes les victimes des maladies chroniques dues à la pollution de fond quotidienne. Elle ne doit pas devenir un état de fait auquel on finirait par s’habituer.

Elle nous rappelle aussi combien la qualité de l’air est un bien commun vital et fragile, que nous devons préserver. Redonner à chaque habitants et habitantes de cette Métropole le droit élémentaire de respirer un air sain est pour nous une priorité de ce mandat. C’est aussi un défi majeur, face auquel on pourrait se laisser tenter par l’inaction ou la résignation, tant il n’est pas simple d’en venir à bout.

Ce n’est pas là l’option que nous retenons.

Parce que c’est une urgence sanitaire et écologique, nous engageons pleinement notre collectivité dans la lutte contre la pollution de l’air. En soutenant la décarbonation de nos activités économiques et industrielles. En accélérant le rythme des rénovations thermiques. En renforçant la Prime Air Bois jusqu’à 3000€ pour les foyers les plus modestes. Et en transformant profondément nos mobilités, bien sûr.

Parce que c’est une obligation légale, après la condamnation de l’État pour son inaction en la matière. Ne pas s’attaquer à ce problème, c’est continuer à enfreindre les seuils européens, se résigner aux contentieux juridiques et au désastre sanitaire.

Parce que c’est une injustice sociale, pour nos enfants, pour nos malades, pour les plus modestes d’entre nous qui sont bien souvent les premiers concernés. Le “tout-voiture” est une impasse coûteuse et injuste pour la collectivité et les individus. Alors oui, nous faisons et ferons le choix d’accompagner plus fortement ceux et celles qui en ont le plus besoin.

Car oui cette ZFE, à l’inverse, doit être l’occasion d’accélérer le déploiement des alternatives à la voiture individuelle. C’est le sens par exemple de l’extension de la gratuité des transports en commun à plus de 130.000 personnes à faible revenu, du plan de mandat ambitieux du SYTRAL pour développer de nouvelles lignes et accroître la capacité, du développement massif des aménagements cyclables avec Les Voies Lyonnaises ou encore du nouveau service de location gratuite pour les jeunes Free Vélo’v.

La réussite de la ZFE est donc une priorité de ce mandat : pour l’intérêt général, pour le bien-être de chacun et chacune. Avec des exigences d’efficacité, de justice, de dialogue et d’accompagnement. Au regard des changements majeurs qu’elle implique, nous avons fait le choix d’une large concertation citoyenne, pour construire ensemble le futur dispositif. La constitution d’un panel citoyen a été une innovation de cette concertation, que je veux ici souligner. Je tiens aussi à remercier les élu.es et les communes qui se sont mobilisé.es et se mobilisent chaque jour dans les réunions publiques, sur tout le territoire.

Cette exigence de concertation et co-construction, nous l’avons également avec les acteurs économiques du territoire, déjà concernés par la ZFE. Ce travail commun avec eux, tout au long de l’année 2021, débouche aujourd’hui sur une adaptation du règlement des aides de la ZFE Pro, objet de la présente délibération.

Avec d’abord l’ambition de mieux faire connaître l’existence et le recours à ces aides par les entreprises. De nouvelles aides seront ainsi créées pour la mise au rebut des véhicules les plus polluants, pour l’acquisition de vélos-cargos et pour le rétrofit. Aussi, ces aides seront désormais accessibles aux entreprises installées en périphérie de la Métropole et réalisant une part de leur chiffre d’affaires dans le périmètre de la ZFE.

Une évolution du régime dérogatoire est également proposée pour mieux tenir compte des réalités auxquelles sont confrontées les entreprises. C’est notamment le sens des nouvelles dérogations temporaires pour certaines catégories de véhicules, dont les alternatives propres restent rares. C’est enfin pour mieux tenir compte des difficultés financières et économiques parfois rencontrées par certaines entreprises que nous proposons de proroger un certain nombre de dérogations individuelles et temporaires accompagnées d’un engagement dans une démarche volontaire auprès des conseillers en mobilités de la Métropole et des Chambres consulaires.

C’est encore au regard de cette exigence d’accompagnement, dans une logique partenariale, que la Métropole s’engage aujourd’hui avec la Chambre des métiers et de l’artisanat et la Chambre de commerce et d’industrie dans des programmes d’accompagnement des entreprises. Avec des objectifs clairs : mieux faire connaître le dispositif de ZFE, les différentes aides et leur cumul, mais aussi accompagner les acteurs économiques vers des mobilités alternatives plus propres.

Les conseiller·es des chambres consulaires seront et sont d’ores et déjà l’un des maillons du service de conseil aux mobilités que la Métropole met en place. Cette brique est essentielle, d’autres viendront rapidement compléter l’offre de conseil avec la mise en œuvre de la première étape de la ZFE cette année.

Alors oui le chemin qui nous attend n’est pas simple, mais je voudrais redire ici notre engagement pour donner corps à cette future ZFE, pour qu’elle soit une réussite pour l’intégralité des habitants et des habitantes du territoire.

Je vous remercie.  


Vincent MONOT
Conseiller métropolitain

Laisser un commentaire