ZFE : « Agir pour garantir la santé des Grand-Lyonnaises et Grand-Lyonnais » 🍃 – Intervention de Grégory DOUCET

M. le Président, mes cher·es collègues,

Alors je comptais démarrer mon intervention en citant les 48 000 morts anticipés par an, les 4300 sur la région. Mais comme un expert scientifique a pris la parole avant moi et a invalidé cet argument, je le retire.

Pour autant, il me plait quand même de vous dire, que l’agglomération lyonnaise est le territoire français qui a connu le plus de jours de dépassement des seuils de pollution en 2019. M. le Président, vous n’étiez même pas encore élu.

Que toutes les écoles lyonnaises, toutes les écoles lyonnaises sont soumises à des niveaux de pollution supérieurs aux seuils fixés par l’OMS. Je ne vais pas aller plus loin. Je crois que ces éléments sont assez explicites, ces constats vous les connaissez. Je ne suis pas le premier à les faire. Je pourrais m’arrêter là, et vous seriez convaincu·es, si vous ne l’êtes pas déjà de l’importance d’agir pour améliorer la qualité de l’air, puisque tout le monde en a parlé.

Par le passé, notez que ce constat n’a pas toujours amené des décisions politiques ! Il ne suffisait pas de regarder les chiffres scientifiques qui nous étaient fournis pour agir, preuve en est puisque la commission européenne a sanctionné l’État français à de nombreuses reprises pour non-respect de la réglementation européenne en matière de qualité de l’air.

Plus récemment, l’État pour son inaction en matière de qualité de l’air a même été condamné par sa propre juridiction administrative, le Conseil d’État. Que nous faut-il de plus pour enfin nous mettre au travail ?!

Pour répondre à cet enjeux majeur de santé publique, l’État a fini par rendre obligatoire la mise en place de ZFE dans les grandes agglomérations. C’est l’objet de ce débat, de cette délibération aujourd’hui.

Pour agir sur la pollution, comme pour faciliter le déploiement d’une ZFE, au-delà de cette délibération la Métropole agit déjà. D’abord en investissant dans les alternatives.  

Dans les transports en commun, cela a été rappelé un peu plus tôt : 24 km de tramways qui vont être établis sous cette mandature.

La tarification sociale dont nous pouvons tous ici nous féliciter : 150 000 usager·es aujourd’hui en bénéficient déjà et sont ainsi encouragés à utiliser les transports en commun quotidiennement.

Nous développons le covoiturage, d’ailleurs une délibération dans ce conseil vous sera présentée sur ce sujet.

Nous facilitons la pratique du vélo, là encore une délibération dédiée à son apprentissage notamment, vous sera présentée dans ce conseil.

Mais au-delà de ça, j’aimerais quand même rappeler qu’avec l’opération Free Vélo’v ce sont des jeunes boursier·es ou des jeunes en parcours d’insertion qui sont aidé·es à se déplacer mieux.

Et puis bien sûr, nous déployons les Voies Lyonnaises, nous avons ensemble M. le Président fait une visite de chantier la semaine dernière pour nous assurer que tout allait bien, et je vous le confirme les travaux avancent : 250 km seront établis à l’issue de cette mandature.

Et puis cette transition des mobilités nous ne la portons pas seul·es. Beaucoup d’entreprises, d’associations, de citoyennes et citoyens sont déjà engagés. La Poste, grande entreprise publique, s’engage avec nous pour décarboner la logistique urbaine, c’est d’ailleurs l’objet d’une délibération qui vous sera présentée dans ce conseil. 

À Lyon, on installe des aires de livraison pour vélos cargos à la demande des opérateurs dont l’activité a fortement augmenté ces deux dernières années.

Mais au-delà de l’intérêt à agir, la question qui se pose est bien évidemment celle du comment.

Alors pour réussir cette ZFE, nous devons faire en sorte qu’elle puisse être appliquée et portée par toutes et par tous. C’est pourquoi la concertation était essentielle. Oui, on commence par écouter, et nos débats ont été riches. La concertation a été un exercice essentiel, elle a été extrêmement fructueuse, puisque c’est grâce à ces exercices d’écoute de vous cher·es collègues, mais aussi des citoyennes et citoyens de cette métropole, que cette délibération a pu être enrichie et nous être présentée aujourd’hui avec effectivement un dispositif d’aides et un dispositif de dérogations.

Je tiens à rappeler que 70% des foyers fiscaux pourront bénéficier des aides de la Métropole, ce n’est pas rien. Et les dérogations permettront à celles et ceux qui ont besoin de plus de temps, soit pour réfléchir au changement de leur véhicule, soit pour choisir d’autres formes de mobilités, car oui c’est aussi un enjeu de cette ZFE.

Quant à la campagne d’information et de communication, et au travail de la future agence des mobilités, nous avons toutes et tous ici exprimé de fortes attentes, et nous seront vigilant·es à ce que toutes les Grand-Lyonnaises et Lyonnais aient bien l’information sur la mise en place de cette ZFE. C’est l’objet même de l’agence des mobilités.

Alors oui, nous devons agir pour garantir la santé des Grand-Lyonnaises et Grand-Lyonnais, et nous sommes prêt·es même à aller plus loin encore, pour réduire nos émissions bien sûr, pour endiguer le réchauffement climatique, mais également pour construire notre indépendance énergétique, sujet brûlant d’actualité nous en avons parlé un peu plus tôt.

Je voudrais simplement ici rappeler à tout le monde que nos concitoyennes et concitoyens comptent sur nous pour agir. Alors que vous vous vouliez vous mettre en route ou en marche, peu importe, mais mettons-nous en action et votons collectivement ce projet de délibération.


Grégory DOUCET
Conseiller métropolitain, Maire de Lyon

Laisser un commentaire