Un nouveau Projet agro écologique et climatique 2023/2027 – Intervention de Catherine CREUZE

Monsieur le Président, 

Mes cher·es collègues; 

Perte de biodiversité, humanité en danger! Sans un nouvel accord mondial pour inverser la perte de la biodiversité, la planète ne sera plus habitable pour les humains. C’est l’enjeu de  la Conférence des Nations Unies sur la biodiversité qui se tient en ce moment à Montréal. L’agriculture intensive et l’urbanisation ont un impact significatif sur la perte de biodiversité dans de nombreuses régions, c’est pourquoi il est essentiel de s’y attaquer.

 Soutenir les paysannes et paysans qui s’engagent, développent les démarches  agroécologiques est un pari gagnant pour la planète, pour les consommatrices et consommateurs, pour le monde agricole. Les écosystèmes, la biodiversité, le climat et nous avons besoin de ces pratiques écologiques et vertueuses, il est urgent d’augmenter notre soutien financier. 

Et c’est bien de ce soutien dont il est question dans ce nouveau Projet agro écologique et climatique 2023/2027, autrement appelé PAEC.  Merci aux vice-présidents Jérémy Camus, Anne Grosperrin et Pierre Athanaze, ainsi que nos services, pour avoir élaboré  collectivement cet ambitieux projet, Il permettra de favoriser la présence de la biodiversité au cœur des terres agricoles, comme le maintien de couverts végétaux propices aux oiseaux et pollinisateurs, et l’entretien des mares et haies;  Il permettra de préserver la qualité de nos ressources en eau, en soutenant la réduction progressive des pesticides notamment, mais également la réduction de leur prélèvement.

Nous aurons l’occasion d’en parler à nouveau lors de ce conseil et des années suivantes ; les enjeux autour des ressources en eau sont cruciaux, et doivent être appréhendés de telle sorte que nous puissions garantir à nos générations futures l’accès à un environnement sain et à une eau de qualité, en quantité suffisante pour l’ensemble des acteurs du territoire.

Enfin, ce que l’on retrouve à travers ce PAEC, c’est la volonté de soutenir le développement de pratiques non seulement vertueuses pour nos écosystèmes, les habitants et habitantes du territoire, mais également pour nos agricultrices et agriculteurs qui font le choix d’une transition vers des modèles agro écologiques plus résilients au service de notre territoire, et surtout plus respectueux de leur santé.                    

Par un soutien à la fois technique, humain et financier, nous nous engageons à accompagner ces hommes et ces femmes pendant les 5 premières années du PAEC, afin de leur donner les moyens financiers pour lancer et rendre pérennes et rentables ces pratiques agroécologiques. Pour cela La Métropole triple le budget alloué par rapport au PAEC précédent, avec 1 356 952 euros versés.

 Ceci apparaît d’autant plus crucial, que comme le souligne la Cour des comptes en 2022, la suppression des aides au maintien à l’agriculture biologique de l’Etat et de la région, a mis en difficulté l’agriculture biologique. 

Dans un contexte où l’urgence environnementale se fait ressentir, dans un contexte où les agriculteurs sont les premiers à subir les effets du dérèglement climatique, nous sommes une fois de plus au rendez-vous pour agir concrètement à leurs côtés, et pour reprendre les propos de Bruno Latour, je terminerai mon intervention par la citation suivante :  » La dignité d’une vie humaine suppose qu’elle soit vécue dans la condition terrestre pleinement assumée « .

Le groupe des écologistes votera favorablement cette délibération,

Je vous remercie.

Catherine CREUZE
Conseillère métropolitaine

Laisser un commentaire